Philippe Di Meo : l’épicurien qui réinvente le parfum

227
Philippe Di Méo et son équipe : Tranoi¨2016
Philippe Di Méo
Philippe Di Méo – Janv 2016

Designer de formation, Philippe Di Meo ne limite pas son champs d’action à cet unique créneau. Ce véritable touche-à-tout a ouvert l’un des premiers restaurants bio de la rue Charlot dans le 3ème arrondissement de Paris nommé R’Aliment, a créé son agence à la sortie de l’école et a imaginé sa propre marque de parfums : Les Liquides Imaginaires. Une finalité qui ressemble à une évidence puisqu’il a toujours considéré ses études de design comme « une porte, un accès à la création qui ouvre l’esprit et enseigne des méthodes créatives. » C’est donc tout naturellement qu’il s’est intéressé à l’univers du parfum.  Découverte d’une conception pour le moins originale de la parfumerie, issue de l’imagination sans limites d’un homme aux multiples casquettes.

Le plaisir comme leitmotiv

Il semble que le point de départ de la carrière éclectique de Philippe Di Meo soit un intérêt Les liquides Imaginaires pour le plaisir sous toutes ses formes. Il nous confie : « Ce qui m’a toujours fasciné est ce qui est lié au plaisir. Aussi bien sous sa forme gustative, puisque j’ai eu aussi un restaurant,  qu’olfactive avec ma marque de parfum. Dans les deux cas, on transforme de la matière et c’est une expérience que je trouve excitante, plus particulièrement dans la parfumerie où l’on peut transformer quelque chose d’abstrait, d’immatériel. »

La dimension de design est, bien évidemment, toujours aussi présente dans sa démarche. « L’objet, la forme… Ma casquette de designer reste là ; nous confie-t-il. Ce n’est pas seulement l’odeur qui m’intéresse mais sa mise en forme. Les parfums restent un langage invisible puisqu’ils sont totalement immatériels. J’ai envie de leur donner une forme de présence. »

Le parfum « indélébile » pour créer ses propres moments d’exception

C’est à ce désir particulier qu’il a donné vie en juin dernier lors du salon Tranoï, qui réunit à Paris à chaque édition des jeunes talents du monde de la mode au niveau international. En tant que Directeur du pôle parfum, il a mis en place pour cet événement un nouveau concept : un parfum qui tâche, décrit comme « Indélébile ». En effet, Philippe Di Méo considère le parfum comme un moyen d’expression, au même titre que l’art ou même la mode. Il a essayé de « présenter quelque chose de très fort au niveau conceptuel, artistique et créatif, mais aussi d’exprimer le pouvoir de l’odeur, trop souvent réduite à un geste de beauté alors que le parfum va bien au-delà de cela. »

Parfum Indélébile DI Méo x TranoiPar un jet de couleur bleu, possédant une odeur puissante élaborée en collaboration avec des professionnels, l’artiste transforme le tissu sur lequel on vaporise le parfum. Il métamorphose le vêtement en toile sur laquelle chacun a le pouvoir de s’exprimer. 

L’odorat est le sens le plus primitif de tous, on se souvient des odeurs plus longtemps que n’importe quelle autre sensation.  « Puisque ces dernières nous offre l’opportunité d’archiver des moments, pourquoi ne pas devenir un acteur de sa vie en créant un parfum comme un marqueur. Lorsque que l’on vit un moment exceptionnel, il est possible de s’en souvenir le plus longtemps possible : une seule pression suffit pour se la remémorer pendant de nombreuses années. »

Philippe Di Meo est parvenu à matérialiser le parfum et nul doute que son esprit bouillonnant nous réserve encore des innovations surprenantes dans l’univers de la parfumerie… ou d’autres domaines qui lui sont encore inconnus.

Série Limitée

Le parfum « indélébile » est disponible en seulement 12 exemplaires exclusifs, chacun accompagné de son sac et de son tee-shirt blanc à réinventer, depuis le 25 juin chez LECLAIREUR Sévigné et dans la boutique Liquides, à Paris. Des pièces uniques qui, une fois écoulées, laisseront certainement quelques traces de leur passage.

L’ECLAIREUR Sévigné : 40 Rue de Sévigné, 75003 Paris

Liquides, bar à parfum : 9 Rue de Normandie, 75003 Paris