Tag Heuer, troisième édition limitée Monaco – 50 ans

51
TAG Heuer monaco 50 ans

­Pour marquer la date symbolique des 50 ans, TAG Heuer lance cinq nouvelles éditions Monaco tout au long de l’année, inspirées des décennies de 1969 à 2019. Le premier de ces modèles, inspiré par les années 1969 à 1979, a été dévoilé au Grand Prix de Monaco de Formule 1 en mai, tandis que le deuxième, en hommage à la période 1979-1989, a été présenté en juin dernier au Mans, en France. La troisième édition de la montre Monaco, inspirée par les années 1990, a été présentée à New York le 11 juillet.

Tag Heuer dévoile la troisième édition limitée Monaco – 50 ans à New York

L’événement s’est tenu au grand Cipriani 25 Broadway de New York le 11 juillet, en présence des ambassadeurs de la marque Jean-Éric Vergne, champion 2017/2018 de Formule E, Patrick Dempsey, acteur et pilote, et Paulina Vega, amie de la marque et mannequin.
­

TAG Heuer monaco 50 ans - New-york Cette soirée a ouvert naturellement la voie au New York City E-Prix 2019, une course du championnat de Formule E qui se disputera les 13 et 14 juillet à Red Hook, Brooklyn. JEV y défendra son titre dans les rues du célèbre quartier new-yorkais.

Un design inspiré des années 1990 pour cette troisième édition limitée

Le troisième des cinq hommages à la Monaco en édition limitée s’inspire des thèmes, styles et tendances des années 1990. Avec un look acier et industriel, reflétant le style caractéristique de cette belle décennie, l’édition spéciale de collection affiche un design aux accents bleu et argent ponctué d’éléments dynamiques rouges. Le chronographe carré en acier inoxydable présente un cadran rhodié grainé et des compteurs bleu sablés. Le réhaut et le logo Heuer sont en bleu, tandis que les index et la seconde centrale sont rouges. Le bleu du logo Heuer et de la minuterie des compteurs des minutes et des secondes offre un contraste saisissant avec les accents rouges des aiguilles, des index et du motif sur le cadran. Cette palette de couleurs se prolonge sur le bracelet en cuir de veau perforé bleu aux surpiqures rouges.TAG Heuer monaco 50 ansTout comme sur l’originale, les boutons-poussoirs sont placés à droite du cadran, tandis que la couronne est à gauche – une disposition non conventionnelle qui distingue la Monaco depuis un demi-siècle.

TAG Heuer monaco 50 ansLe fond de cette montre de poignet inspirée des années 1990 porte le logo original « Monaco Heuer », ainsi que les mentions « 1989-1999 Special Edition » et « One of 169 ». Adoptant un design inspiré du modèle original, le fond en acier inoxydable présente des motifs brossés verticaux et circulaires, ainsi qu’une finition brossée verticale et circulaire polie. Le boîtier renferme le célèbre calibre 11, une version moderne du mouvement de chronographe à remontage automatique lancé avec la Monaco originale de 1969. Cette montre est proposée en édition limitée à 169 pièces.

Rétrospective de 50 ans de la TAG Heuer Monaco et du calibre 11

Le 3 mars 1969, lorsque la Heuer Monaco fut présentée pendant deux conférences simultanées à New York et à Genève (à l’époque, TAG ne faisait pas encore partie du nom de l’entreprise), les journalistes et amateurs d’horlogerie du monde entier furent ébahis. Avec son boîtier carré étanche totalement inédit, le design audacieux et iconique de la Monaco permettait de la reconnaître instantanément.
Cette caractéristique représentait le complément parfait à la technologie avancée que présentait l’horloger suisse avec ce modèle. Développé et commercialisé par Heuer, le calibre 11 fût le premier mouvement de chronographe à remontage automatique au monde.
Le PDG de Heuer de l’époque, Jack Heuer, était convaincu que cette innovation révolutionnaire exigeait un design qui retienne toute l’attention. La Monaco réunit tous ces critères. En 1971, la Monaco a été consacrée au poignet de Steve McQueen, le « King of Cool », dans le film Le Mans.

Une superstar paradoxale

Depuis deux décennies, la Monaco est étroitement liée à la haute horlogerie et compte d’autres versions présentant des complications, des designs et des matériaux nouveaux. Elle a certes évolué, mais la Monaco a gardé son esprit révolutionnaire qui lui a valu les critiques et la célébrité. L’histoire complète de cette icône est racontée dans l’ouvrage Paradoxical Superstar, qui comprend des extraits d’archives et des croquis du design et du mouvement. Le journaliste et auteur britannique Nicholas Foulkes, l’expert horloger Gisbert Brunner et l’auteur américain Michael Clerizo ont chacun contribué au récit par des chapitres capturant l’héritage et l’innovation qui définissent la Monaco. Pour souligner les relations entre le garde-temps et le nom de sa ville, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a rédigé la préface de Paradoxical Superstar.

Édition limitée à 169 exemplaires